dimanche 3 février 2013

La sécurité et l'utilité

                   
                                                         
Le politique est d'abord une façon de réfléchir l'organisation sociale afin d'obtenir le plus de sécurité possible pour chacun de ses membres. Le modèle du législateur tel que Platon le propose est celui du tisserand capable de rassembler dans le même tissu des fils différents pour en faire une étoffe. La société est ce savant dosage entre faible et fort, pacifique et belliqueux... c'est avec cette alliance que l'on forme le plus résistant des manteaux. La Cité doit se penser comme ce rassemblement de la diversité qui n'est pas uniformité mais identité. La société est donc une alliance qui permet à chacun  d'exister au sein du groupe auquel il appartiens sans se fondre en lui. La Cité grecque ancienne est d'abord une communauté de dieux : mêmes dieux, mêmes cultes, elle est donc traversée par un Thesmos (loi divine) qui irrigue toute la conception du politique. Chaque Cité est indépendante et fonctionne comme un État, les guerres entre les Cités sont d'abord l'affirmation de la différence de valeurs de chacune d'elles. Le terme d’État ne prend pas encore véritablement sens
 : l’État est le nom que l'on donne à la structure possédant les moyens de gestion des institutions permettant le fonctionnement de la société. Ainsi les finances (Trésor), l'armée, la police, la justice sont les piliers sur lesquels l’État repose. La nation est le nom donné à cette communauté géographique qu'est une société particulière, la patrie est son socle affectif. 

La société se met en place à partir d'un pacte d'association, il s'agit d'assurer la survie de chacun par l'acceptation d'un souverain qui prend  la charge de la sécurité. On peut dessiner ainsi ce passage d'un État de Nature ou la menace est permanente et où donc l'insécurité règne :
(cet État de Nature est une fiction théorique mais il permet de poser un avant la socialisation)

 ÉTAT DE NATURE       ----------)           SOCIÉTÉ           --------)       SOCIÉTÉ

 insécurité maximale                                     sécurité                                    utilité

liberté totale mais absence                      liberté limitée mais                           liberté        
    de conscience                                           réelle

          hasard                                          aménagement du                        maîtrise du hasard
                                                                    hasard

                                                           conservation de soi                     épanouissement de soi

                                                                     tyran                                     démocratie

            1                                                          2                                               3



Ce schéma montre que le passage à la société civile est le moyen pour parvenir à une liberté effective qui désormais prend en compte le rapport des êtres entre-eux. L'hypothèse d'un État Nature est une fiction théorique, un concept régulateur, qui permet rétrospectivement de poser une origine où l'homme serait bon ou mauvais, dans le premier cas les lois doivent s'efforcer de maintenir cette bonté originelle, dans l'autre les lois doivent corriger la méchanceté.



Dans un premier temps la loi est contraignante ou coercitive, les premières formes de gouvernements sont 
autoritaires, mais l'aspiration à une forme d'émancipation conduit à réclamer le passage à l'utilité L'utile est le moment où la réalisation de soi peut advenir. L'école, la justice en sont les manifestations les plus tangibles. Ces formes sont révolutionnaires car elles permettent aux hommes de devenir plus et autres qu'ils n'étaient. L'homme ne veut plus seulement la sécurité mais aussi l'utilité.

Il faut cependant comprendre que l'un ne va pas sans l'autre : nous devons sans cesse vérifier que le pacte social englobe la sécurité car autrement l'utilité, qui suppose l'extension des droits, ne peut plus se produire. La situation de terrorisme, par exemple, en menaçant notre sécurité invite nécessairement à réduire les libertés publiques au profit de la sécurité. En ce sens la première des menaces du terrorisme étant précisément qu'il nous entraîne à abandonner l'utilité.

La société se construit sur l'addition de l'utilité à la sécurité, à aucun moment la sécurité ne peut être perdue de vue : elle est la fondation réelle de la société et le ciment entre les hommes. L'utilité est le moment où l'on peut passer de la conservation de soi à l'épanouissement de soi - moment du développement de la culture et de l'éducation.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Dis donc Thierry, en référer aux Gresc pour justifier la répression. La politique s'impose, elle est là, c'est pas une réflexion...

Nathanael

thierry novarese a dit…

Bonsoir, il s'agit de travailler sur la construction de la sécurité pour montrer en un second moment l'édification historiquement récente de l'utilité. Il est indispensable de compléter cette position par un travail plus conséquent et argumenté sur la Grèce ancienne. Vous trouverez donc une analyse plus complète de cette guerre des cités dans l'article sur les "jeux olympiques grecs" qui traite de ce rapport particulier de la Grèce ancienne et de la guerre, il est disponible sur @ à mon nom. sur La sécurité et l'utilité